Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie

INTERVIEW DE GAUTHIER TOULEMONDE, RÉDACTEUR EN CHEF DU MENSUEL TIMBRES MAGAZINE

1/ Cela fait presque 20 ans que vous avez pris les rennes de TIMBROPRESSE, quel est votre constat de la philatélie durant toutes ces années ?

GT – Cela fera 20 ans en juin prochain et il est certain que la philatélie a évolué au gré des nombreux changements : passage à l’an 2000, à l’euro, forte augmentation du nombre de timbres, privatisation de certaines postes, développement de l’Internet, baisse du volume du courrier, etc. Lorsque l’on prend un peu de recul, c’est extraordinaire de constater que le timbre existe toujours. Les collectionneurs sont certes moins nombreux mais la passion est toujours intacte. Ce qui m’a le plus frappé, c’est l’intérêt pour l’histoire postale et l’histoire tout court. Les philatélistes – davantage que par le passé – veulent connaître le contexte d’une émission de timbre. Enfin, avec l’apparition de la classe ouverte, ils n’hésitent plus à élargir leur champ d’investigation à d’autres objets de collection.

2/ Il y a un potentiel de philatélistes en devenir d’après un sondage TNS SOFRESS , ne croyez vous pas que s’il y avait une plus grande visibilité et offre de timbres gommés dans un grand nombre de bureaux de Poste cela pourrait résoudre une partie du problème ?

GT – Si la collection des Classiques et semi-modernes n’est pas menacée, celle des nouveautés l’est, conséquence d’une politique incohérente de Phil@poste et de La Poste. Il est indispensable de relancer les nouveautés et que les timbres soient visibles dans les bureaux de poste. Ce n’est pas le cas aujourd’hui et cela devrait constituer une priorité.

3/ Quel rôle peut jouer la presse philatélique vis-à-vis des grands médias presse, radios et télévision ?

GT – Depuis l’arrêt de l’émission de Télé-Philatélie, le timbre est absent des grands médias. Ces derniers ont fait des choix : Nabila plutôt que Caurat ! C’est un peu caricatural certes, mais c’est un bon résumé de certaines évolutions de la société. Pour autant, je constate que les émissions culturelles sont très regardées et notamment celles dédiées à l’histoire, animées notamment par Stéphane Bern, du reste philatéliste. Il y a donc de l’espoir et j’ai été contacté à plusieurs reprises pour réaliser une émission sur la philatélie. Il faut être patient, nous y parviendrons mais avec un format différent de l’émission de Jacqueline. J’en profite pour lui rendre hommage, elle qui est à l’origine de nombreuses vocations de collectionneurs de timbres.

En 2013, je suis parti sur une île déserte en Indonésie durant quarante jours dans le cadre de l’expédition Web Robinson. La couverture média a été importante et je suis passé sur toutes les grandes chaines de télévision, les principales radios et la presse écrite, nationale et régionale. A chaque fois, les journalistes ont cité le nom de Timbres magazine et en le lisant ils ont pu constater que le timbre demeure un univers passionnant. J’ai donc noué des contacts avec mes confrères mais aussi des producteurs. Je suis optimiste pour la suite qui sera donnée.

4/ La presse philatélique est absente de manière active des instances de l’Adphile, que comptez-vous faire en 2015 ?

GT – Il y a des projets en cours et je pense que la presse philatélique doit être présente et être le porte-parole des collectionneurs. Bien entendu sans langue de bois, ce qui sera le cas concernant Timbres magazine, vous pouvez me faire confiance.

5/ Comment voyez-vous l’évolution de la philatélie dans les cinq prochaines années, presse, négoce, associations ?

GT – Très positivement si tous les acteurs du marché se mobilisent sans se « tirer dans les pattes » et surtout se modernisent. Si rien n’est fait en revanche, la philatélie grand public (pas celle des timbres rares) en sera au stade de la réanimation avant une mort inéluctable dans dix ans. Je ne suis pas le seul à le penser mais nous sommes peu nombreux à le dire ouvertement.

By | 2018-02-14T20:54:25+02:00 août 4th, 2017|Actu CNEP, Toutes les actualités|0 Comments