Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie

QUESTIONS / RÉPONSES

A quelques jours de l’ouverture du 71° Salon Philatélique d’Automne, François Farcigny, Président de la CNEP
et commissaire général du salon,
a posé cinq questions à Lionel Starck, Directeur des marchés collectionneurs
et grand public à Phil@poste
, en charge également des salons.

F.F. Depuis votre arrivée à Phil@poste en janvier dernier, quel est le périmètre de votre  fonction ?

L .S. Cette nouvelle fonction de directeur de marchés regroupe :

• les études marketing,

• la création des timbres, des carnets, des produits dérivés de France,

• la mise en marché de ces timbres en France et à l’étranger.

La mise en marché comprend l’animation des canaux de ventes de La Poste (Bureaux de Poste, Web, Etablissements Courrier, Abonnements, Catalogues, Salons, 1er jour, Boutique Le Carré d’Encre à Paris 9e rue des Mathurins), la commercialisation dans d’autres réseaux partenaires comme les buralistes, Relay ou les Maisons de la Presse. J’anime une équipe d’une trentaine de personnes pour mener à bien ces missions.

 

F.F. Quel est votre sentiment actuel sur la philatélie en général ?

L .S. La philatélie est pour moi quelque chose d’extraordinaire qui permet de partager et faire partager la culture française sur toutes les thématiques possibles. Vous pouvez parler d’art, puis d’histoire, de sciences, de loisirs, sur différentes époques.
La collection reste un loisir qui permet à chacun et pour tous les budgets de se faire plaisir. Mais il y a une nécessaire adaptation liée à l’évolution des attentes selon les générations.

 

F.F. Dans quelques semaines se déroulera le Salon Philatélique d’Automne, comment l’appréhendez-vous ?

L .S. C’est un véritable défi que de réussir ce salon. J’ai la chance de pouvoir m’appuyer sur une équipe expérimentée pour le relever. Notre souhait est de pouvoir proposer des timbres, blocs, vignettes qui plairont aux philatélistes et à tous les visiteurs moins experts. C’est aussi un moment de partage avec les collectionneurs et d’écoute sur leur vision de l’évolution de la philatélie. Cette année, nous sommes fiers de pouvoir proposer des produits philatéliques et grand public.

 

F.F. Depuis 3 ans, beaucoup de dysfonctionnements ont engendré le mécontentement des visiteurs au stand de Phil@poste au salon. Comment comptez-vous rassurer les visiteurs sur le bon déroulé de cette année (temps d’attente, information, disponibilité des produits salon, etc…) ?

L .S. Phil@poste ne partage pas ce jugement de valeur et j’en veux pour preuve que l’engouement des philatélistes ne se démentit pas et que le stand ne désemplit pas. Chaque année, nous mettons tous les moyens en place pour servir au mieux les attentes des clients sur une période courte. Depuis plusieurs semaines, nous faisons un point hebdomadaire sur la production des produits du salon, ainsi que sur l’organisation du stand. Nous avons également prévu la vente de pochettes de vignettes LISA avec les 5 valeurs (Prioritaire, Lettre verte, Ecopli, Europe et Monde) pour limiter l’attente aux machines, comme cela nous a été demandé par certains clients. Enfin, nous continuons à faire évoluer notre stand pour faciliter son accès au public et de manière à préserver l’ambiance « bon enfant ».

 

F.F. Dans votre fonction, comment peut-on mieux communiquer sur le timbre auprès du grand public ?

L .S. La philatélie doit s’adapter au monde d’aujourd’hui, tout en y conservant ses valeurs.  Au-delà de la communication que nous réalisons depuis plusieurs années, nous devons proposer des produits sur des supports qui correspondent aux attentes nouvelles. Les timbres en lien avec l’actualité du moment sont par exemple un bon moyen d’initier de nouveaux collectionneurs sur des thématiques qui leur parlent.

Les collectors thématiques sont des exemples de diversification des offres : des timbres personnalisés pour des thématiques liées à l’actualité, aux événements locaux ou régionaux… pour que des personnes qui ne connaissent pas la philatélie s’y intéressent et puissent devenir des futurs collectionneurs

En termes d’outils de communication, nous utilisons de plus en plus des médias appropriés dont les réseaux sociaux :
sur Tweeter, #Toutsurletimbre, ou sur Facebook, la page du Carré d’Encre, ont vu le nombre de philatélistes les suivre en constante augmentation cette année. Ces médias plus instantanés permettent de mieux suivre l’actualité philatélique. Le site www.lecarredencre.fr  porte également de nombreuses actualités, pour se tenir informé des premiers jours ou de diverses opérations sur place.

By | 2018-02-14T20:45:09+00:00 octobre 24th, 2017|Actu CNEP, Toutes les actualités|0 Comments