Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie

Le coup de cœur de la C.N.E.P., en partenariat avec Timbres Magazine

postal_modeneL’histoire postale de Modène est parmi les plus courtes qui soient : seulement 8 ans, de 1852 à 1860 ! La raison en est simple : en 1859, François V, le souverain de ce petit duché enclavé au Nord de l’Italie, prend le parti de l’Autriche, dans la guerre qui oppose celle-ci à la France et au royaume de Piémont-Sardaigne. Ce choix lui est naturel, dans la mesure où il descend d’une branche cadette de la maison régnante autrichienne, les Habsbourg-Este, et où il a déjà dû compter sur les armées de ce pays, en 1831, pour venir à bout d’une révolution. Malheureusement pour lui, en 1859, l’histoire tourne en sa défaveur : Modène est envahi par les troupes du Piémont-Sardaigne, ce qui le force à partir pour un exil en Autriche duquel il ne reviendra jamais. Quant à son duché, suite à un plébiscite, il est réuni en 1860 au royaume de Piémont-Sardaigne, puis, en 1861 au royaume d’Italie… et ce sont désormais les timbres de ces pays qui ont cours sur son territoire. En tout et pour tout, entre 1852, date de l’émission des premiers timbres de Modène, et 1860, date de leur démonétisation, ce sont seulement 16 valeurs différentes (selon la numérotation du catalogue Yvert et Tellier) que la poste modénane a pu émettre, auxquelles viennent s’ajouter 5 timbres-taxe pour journaux.

« Modène est un territoire relativement facile à collectionner. » souligne Paolo Salvatori. « En effet, détachés et à l’état neuf, la plupart des timbres ne sont pas difficiles à trouver et il est possible, avec un peu de patience, de se constituer une collection complète pour un budget raisonnable, ce qui n’est pas si fréquent pour un pays européen, à l’époque classique. » Mais Modène a également de quoi ravir les spécialistes et amateurs de raretés. « Pour ceux qui souhaitent constituer une collection plus poussée, il existe deux champs de recherche particulièrement intéressants à explorer. » poursuit Paolo Salvatori. « Le premier est constitué par les erreurs d’impression de la première émission, laquelle représente les armes de la maison régnante, à savoir un aigle couronné. Ces erreurs consistent notamment en des oublis ou en des inversions de lettres ou de chiffres dans la valeur faciale des timbres, et sont, pour certaines, rarissimes. »

« Cependant, en ce qui me concerne, ce qui me passionne est l’histoire postale, c’est-à-dire les recherches d’affranchissements, de destinations et d’oblitérations hors du commun. » poursuit-il. « La lettre ci-dessus en est un excellent exemple : elle comporte en effet un affranchissement tricolore particulièrement spectaculaire que l’expéditeur a réalisé dans le but d’atteindre 30 centimes, le tarif d’expédition d’une lettre simple depuis Modène pour le duché voisin de Parme. Ce type de lettre, à la fois exceptionnel et esthétique, est très recherché par les collectionneurs, notamment en Italie. »

« Attention » prévient toutefois Paolo Salvatori « de très nombreux timbres faux existent pour les timbres de Modène, et cela depuis le XIXe siècle. Certains sont bien connus, tels que les « faux de Gênes » identifiés dans le Guide Serrane publié en 1926, et qui peuvent facilement être détectés grâce à un certain nombre de repères. D’autres, en revanche, sont bien plus fidèles aux originaux, et donc dangereux. De manière générale, je ne peux que conseiller aux collectionneurs de se tourner vers des pièces authentifiées par des experts reconnus. C’est le cas de la lettre présentée dans cet article : elle est accompagnée de certificats de Paolo Vaccari et d’Enzo Diena, les spécialistes incontestés des émissions de Modène. »   


Paolo Salvatori est le dirigeant de L’Archive, maison spécialisée depuis plus de 30 ans dans la vente de lettres anciennes et modernes.

L’Archive, BP 92, 14008 Caen Cedex. Tél. : 06 88 09 85 99. Mail : info@larchive.fr

 

By | 2018-05-09T11:06:38+00:00 mai 9th, 2018|Blog & Actus, Toutes les actualités|0 Comments